Histoire de la Corrida (du 15°au 19° siècles)

Torero au cigare - Musée Taurin de Béziers

 Quand l'histoire de France fait vivre la corrida… !

Le 12 octobre 1492 Christophe Colomb découvre le nouveau monde! La même année les rois catholiques achèvent la reconquête de l'Espagne. Leur fille épousera Philippe de Habsbourg, appelé en Espagne Felipe el Hermoso, fils de l'empereur Maximilien d'Autriche. La maison de Habsbourg va régner pendant 2 siècles sur l'Espagne !

 Et les toros ?

Ils sont en Espagne depuis des milliers d'années, occupant les hauts plateaux quasi désertiques ou les deltas des rivières. Leurs caractéristiques morphologiques et comportementales en font les descendants directs des aurochs préhistoriques !

Pendant des siècles les Maures ont joué avec eux. Puis les seigneurs locaux les ont combattu à cheval, armés d'une lance! Le peuple était exclu de ces pratiques, codifiées dès 1263 par le roi Alphonse X dans un Codigo de las siete partes !

En 1643 le rejón remplace la lance et un certain Don Gregorio de Tapia y Sancedo publie un traité d'équitation « para torear » !

Et voilà que la dynastie des Habsbourg s'éteint. Charles II meurt sans descendance en 1700. Sa soeur Marie-Thérèse ayant épousé notre roi Louis XIV, c'est le petit fils de ce dernier, le Duc d'Anjou qui va monter sur le trône. Entre temps l'Espagne qui a connu son siècle d'or est ruinée; la noblesse n'est plus légitime comme classe dirigeante. Soucieux, et on le serait à moins, le Duc d'Anjou part pour Madrid. À la tête d'un cortège de 2000 personnes, dont ses 2 frères, domestiques, gardes... Son passage à Bayonne étant annoncé, les échevins de la ville décident d'organiser en son honneur une Corrida à l'espagnole et achètent en Navarre voisine 14 toros ! .Il s'agit d'une course à pied avec sauts, écarts... Nous sommes en Janvier 1701 et celui qui va devenir roi sous le nom de Philippe V n'apprécie pas du tout le spectacle, au cours duquel 10 toros sont tués !

Dès lors la noblesse, discréditée par ailleurs, va se détourner de la corrida à cheval. Ce phénomène de cour bien compréhensible permet en quelque sorte au peuple de s'approprier les jeux taurins dont il fera la « Fiesta nacional ». Déjà en Navarre apparaissent les premiers toreros itinérants, les premières passes de capote, la fameuse « navarra », ancêtre de la « chicuelina ». Un prince français en devenant roi d'Espagne, a entraîné la naissance de la corrida à pied !

 L'accession au trône d'Espagne du petit fils de Louis XIV a entraîné le désintérêt de l'aristocratie pour les jeux taurins au début du 18°siècle. Peu à peu les prémices de l'actuelle corrida vont se ritualiser; l'affrontement de l'homme et de la bête va évoluer vers une quête esthétique. Trois grands toreros marqueront le siècle: Pedro Romero, Costillares et Pepe Hillo...

A Costillares on doit la « Véronique » et l'estocade à « volapié ». Pedro Romero c'est le tueur !

La tauromaquia de GOYA Eau forte n°30

Au-delà du spectacle la corrida est aussi l'affirmation des valeurs de courage du peuple qui vient les affirmer dans un désordre ritualisé jusqu'alors réservé à la noblesse. Mais le 18°siècle est aussi celui des Lumières, los llustrados en Espagne, le siècle où le mouvement intellectuel cherche la raison triomphante ! La corrida apparaît ainsi comme sauvage, anachronique, d'autant que Pepe Hillo ( José Gabriel Rodriguez de Pénarranda) est tué par le toro «Barbudo» le II mai 1801. La Reine assiste à la course et le public est horrifié car le malheureux retombe sur la corne du toro et meurt en piste avant même d'avoir reçu les sacrements ! Après la noblesse, après les élites intellectuelles une partie du peuple se détourne des arènes ! Le roi du moment s'appelle Charles IV; Il est monté sur le trône en 1788. Son 1° ministre, Godoy est aussi le favori de la reine, celle qui a vu la mort de Pepe Hillo. En 1805, poussé par Godoy, le ministre Campomanes fait interdire la corrida Charles IV signe le décret d'interdiction le 5 Février 1805.

 L'Espagne est alors alliée du Directoire contre l'Angleterre. Napoléon a instauré le blocus continental et fait entrer ses troupes en Espagne dès 1804 pour contraindre le Portugal à respecter le blocus et se débarrasser des Bourbons honnis I Ayant déposé Charles IV Napoléon renonce, le 4 juin 1808 au trône pour lui-même et y installe son frère Joseph qu'il avait fait roi de Naples !

Joseph est décrit comme un brave homme manquant de caractère; il ne sera jamais accepté par le peuple espagnol qui le surnommera Pepe Botella. Il sera toujours « El Rey Intruso ».

Il arrive donc à Madrid, plein de bonne volonté, le 20 juillet. Et là: inspiration de génie d’un homme de lettres, ami de Goya, Femandez de Moratin va souffler l'idée d'annuler l'interdiction des corridas !

Dès le 22 juillet Joseph signe « un réal orden » décidant qu'il y aurait deux corridas les 27 et 30 juillet. Il ordonne également que l'on ne fasse payer que la moitié du prix habituel, prenant à son compte l'autre moitié et reversant le bénéfice à « l'hôpital général » Le 27 : arènes pleines, dont le Général Grouchy, alors gouverneur militaire de Madrid. Au cartel: Juan Nunez Sentimientos et Alfonso Alarcon El Pocho. Mais sur ce l'Espagne s'est soulevé ; L'armée française est battue à Bailen (Cordoue) et Joseph s’est enfui; la course du 30 est annulée ! Deux courses eurent lieu en Août pour fêter le retour de Ferdinand VII

Certes Napoléon revint à Madrid. En 1810, il y eut 10 courses pendant la temporada, plusieurs en 1811. La dernière de l'ère française eut lieu le 25 décembre 1811 !  Pour Napoléon c'était le début de la fin. La course suivante fut donnée le 30 août 1812 en l'honneur du duc de Wellington. C'est une autre histoire !

2012
MONTOYA

La Tauromaquia de GOYA Eau forte n°10

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

10.12 | 21:17

Bravo à Maurice Daussant ainsi qu'à toute son équipe de bénévoles pour son film sur Gabin Réhabi. Très beau film.

...
29.11 | 15:15

Ne porte pas de nom particulier. C'est simplement un confort lors d'exécution des STATUAIRES que vous appelez "litrasos" (de Miguel Baez Litri) Q? pertinente.

...
29.11 | 14:57

On ne trouve pas à la vente ces petits mouchoirs qui sont distribués aux arènes. Ils sont souvent supports publicitaires ou témoins d'évènements exceptionnels.

...
29.11 | 09:49

Quel nom porte l'action de ficher l'épée dans le sable avant de faire des "litrasos"
(?) Merci d'avance pour votre réponse. J-M François

...
Vous aimez cette page