Les tercios de la corrida...LA SUERTE DE VARAS

LA SUERTE DE VARAS

Piquer le toro a pour mission de faire baisser la tête de l'animal pour une meilleure exécution des autres suertes, modérer son attaque et le décongestionner grâce au sang écoulé, pour éviter une embolie par excès de pression sanguine.

 En 2011 à Béziers, on a pu voir les nouvelles piques créées par Alain Bonijol. Cette pique est à l'essai durant la temporada française et ne sera adoptée définitivement qu'à la prochaine réunion de l'UVTF…

L'essai a été accepté par le syndicat des picadors espagnols, car la profession avait déjà adopté la pique andalouse à Bilbao (pique plus courte  de 1 cm avec un diamètre de 2,5 cm).

Plus « profilée » à partir de la pyramide effaçant la différence d'épaisseur entre celle-ci et les cordes, une pique qui entre plus facilement avec moins de délabrement, plus facile à mettre et qui permettrait au picador de se concentrer sur son positionnement et moins sur l'objectif de « mettre le cordes ». Cette pique a la même longueur que l'ancienne : 6 cm + 2 cm de pyramide.

Beau sujet de discussion…, certains commençant à s'insurger (les descendants sûrement de ceux qui s'opposaient à l'époque à l'invention du caparaçon)

Il faut raison garder et simplement attendre les résultats de telles expériences.

Déroulement de la suerte de varas.

Après les explications physiologiques en regard de l'utilisation de la nouvelle pique créée par Alain Bonijol et mise en pratique cette année pendant la Feria, nous allons préciser les buts et la façon de bien piquer les toros.

La pique, mal nécessaire, permet d'évaluer la bravoure du toro et la possibilité ensuite de toréer un animal qui arrive en piste avec toute son intégrité et sa sauvagerie. La pique va lui faire baisser la tête, mettre en évidence ses qualités ou ses défauts, se révéler indispensable pour la suite du combat. Une suerte de varas exécutée dans les normes est un gage de succès pour le matador. Déjà les vachettes sont soumises à ce test de bravoure lors des " tientas " dans les élevages, révélateur de leur aptitude à donner naissance à des toros de combat.

Une bonne pique se donne juste après le morillo (muscle saillant sur le cou), ainsi le châtiment est moins excessif. Le picador cite le toro de face puis tourne le cheval vers la gauche pour que l'animal, toute retraite coupée, pousse avec ardeur. Ne pas confondre avec la carioca qui coupe la sortie au toro en l'envoyant vers les planches.

Le règlement exigeait trois piques, actuellement seulement deux, rarement exécutées par manque de force de l'animal actuel, sauf devant des  produits d'élevages de respect et dans les corridas concours où ce tercio revêt une importance capitale. Madrid exige les trois rencontres. Si le toro revient à la pique avec une bravoure évidente, mais ne peut supporter sans préjudice pour la suite, plusieurs châtiments, le picador, pour mettre en évidence ses qualités, le cite et au lieu de le châtier, met sa pique à l'envers côté manche. Cela s'appelle "a regatón". Cette pratique est désuète, on préfère une rencontre avec un "picotazo".

Les deux picadors du matador piqueront à tour de rôle un toro, celui qui va exécuter la suerte se placera en face du toril sans dépasser les bandes blanches tracées sur le sable et l'autre se trouvera en face.

Il ne vous reste plus qu'à vérifier tout cela dans une prochaine corrida…

 2012
La Chicuelina

Une pique de Fernando Sanchez (cuadrilla de J.Castaňo) à "Dadito" (Miura) Le 15 août 2012 à Béziers

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

26.09 | 09:44

Merci de votre apport.

...
25.09 | 13:59

N'oubliez pas mon compatriote Nikko Norte, "El Holandès" novillero sans picadors jusqu'en 2005, qui va publier ses mémoires le mois prochain (octobre 2018)!

...
18.09 | 12:07

Une dernière précision : après le tirage des lots, chaque matador (ou son représentant) choisit l'ordre de sortie de ses toros

...
10.12 | 21:17

Bravo à Maurice Daussant ainsi qu'à toute son équipe de bénévoles pour son film sur Gabin Réhabi. Très beau film.

...
Vous aimez cette page