9° Archives Evènements

TEMPORADA 2019 EN FRANCE

La temporada Française a commencé le 17 février à Magescq( non piquée) et s'est terminé le 17 novembre à Rion-des-Landes  ( fiesta campera)

1/  ARENES:  
Les spectacles taurins se sont déroulés dans  62 arènes:
32 dans le Sud ouest
30 dans le Sud est

2/  LES COURSES:
Le nombre total s'élève à 154 courses.
62
corridas
32 novilladas
40 novilladas non piquées
14 festivals ou fiestas campera
6 corrida de rejon
Classement des villes qui ont donné plus de quatre spectacles ( tous confondus)
Nîmes: 13
Dax:     11
Béziers: 10
Bayonne:  9
Dax:          9
Arles:        8
Vic Fezensac: 6
Istres:  4
Toutes les autres ont présenté  1 ou 2 ou 3 spectacles
79 courses dans le Sud ouest et 75 dans le Sud est soit 154 courses.

3/  LES TOROS
Le nombre d'élevages présentés en France en 2019 est de 98: ( hors NSP )
Corridas:
      63 Espagnols et 18 Français ( 28%)
Novilladas:   45 Espagnols et 18 Français (40%)

A: 371 toros  combattus à pied.
Dans le haut du tableau: Victoriano del Rio - Fuente Ymbro - et Robert Margé qui doublent leur vente.
Luis Algarra triplent ses ventes
La Quinta passe de 14 à 20 toros
Jandilla - Pedraza de Yeltes - Victorino Martin sont stables
Gallon  reste dans ce premier quartile.
Bonne place également pour les élevages suivants:
Valverde - Concha y Sierra - Dos Hermanas et Piedras Rojas (Patrick Laugier) Yonnet - Camino de Santiago (Jean Louis Darré)
Elevages Français nouveaux ou revenus dans la catégorie:
Barcélo - Vieux Sulauze - Roland Durand - Jalabert

B: 178
Novillos combattus
Pages Mailhan - Baltasar Iban - La Quinta - Los Maños  occupent les premières places et sont en progression.

C: 184 erales furent mis à mort en non piquées provenant de 34 élevages dont 29 Français.
Trio de tête: Alma Serana (24) Le Lartet - Camino de santiago ( 13 )

D: 44
toros pour la corrida de rejon: (début de la ganaderia de Diego Ventura)
E: 22 toros pour la corrida portugaise avec 4 élevages Français.

4/ LES HOMMES
A/ Les toreros
Les hommes qui ont fait le paseo en habit de lumière sont 66
Les Français sont au nombre de 14
1/ Sébastien Castella :   12
2/
Daniel Luque - Octavio Chacon :  11
4/ Thomas Dufau - Pablo Aguado  7
6/
Juan Léal  6
7/ M.A.Perera - Emilio de Justo - Javier Cortes - Lopez-Chaves  5
11/
Adrien Salenc - Alvaro Lorenzo - Alberto Lamelas - Gomez del Pilar et
 Toñete  4
16/
Enrique Ponce - J.M.Manzanares - Ginés Marin - Joaquin Galdos -
Paco Ureña - Pepe Moral - Thomas Joubert - Fernando Robleño
Ruben Pinar - Juan Ortega - Miguel Angel Pacheco  3
27/
Manuel Escribano - Dorian Canton - El Juli - Jose Luis Adame
Lopez Simon - Andres Roca Rey - Andy Younes - Diego Urdiales
Roman - Caytano - Javier Castaño 
38/  Juan Bautista
 avec un seul contrat ainsi que
Roman Perez - Antonio Ferrera - Antonio Nazare - David de Miranda - El Adoureño - Alejandro Marcos - Chamaco - Clemente - Damian Castaño
David Galvan - Jose Garrido - Sergio Flores - Tomas Campos - Curro Diaz - El Fandi - Stéphane Fernadez Méca - Francisco Jose Palazon - Ivan Vicente
Javier Conde - Javier JImenez - Jesus Enrique Colombo - Tibo Garcia - Joselillo - Juan del Alamo - Marc Serrano - Morante de la Puebla - Rafaelillo -
Angel Sanchez, un seul contrat également.

B: Les Rejoneadores: 
Il sont au nombre de  11
1/ 
Léa Vicens : 6
2/
Diego Ventura 3
3/
Andy Cartagena - Guillermo Hermoso de Mendoza - Rui Fernandes :2
6/
Parreirita Cigano Jr - Juan Manuel Munera - Pablo Hermoso de Mendoza
Duarte Fernades - Paco Velasques - Antonio Prates  1 seul contrat

C: Les novilleros
Ils ont fait le paseo avec picadors:  39  dont  11 Français
1/ Maxime Solera:  10
2/
El Rafi : 9
3/
Diego San Roman : 6
4/
Dorian Canton - Carlos Olsina - Manuel Diosleguarde - Yon Lamothe
Hector Gutierrez - Juan Carlos Carballo - Aquilino Gijon - Christobal Reyes
et El Galo : 4
13/
Christian Perez : 3
14/
 Tibo Garcia - Rafael Gonzalez - Alejandro Mora - Jean Baptiste Molas  2
Reste vingt et un novilleros avec un seul contrat

D: Novilleros sans picador
Sur un total de 42 on trouve 6 Français aux premières places
Solalito : 15
Niño Julian : 12
Jean Baptiste Lucq - Tristan : 7
Fabien Castellani - Clément Hargous : 4
Les deux espagnols, élèves d'écoles taurines Françaises se classent:
1er Christian Pajero avec 15 courses
4eme: Borja Escudero avec 7 courses.
Les autres novilleros n'ont effectué qu'un seul paseo.

El MAYORAL - 5 Janvier 2020

LE CHANT DES TOURNESOLS

Arles, Goyesque 2019
Despedida du Juan Bautista

Le tournesol oriente nonchalamment sa tête sous le charme du roi soleil. Cette fleur est tellement amoureuse de cet astre qu’elle laisse les rayons teindre sa robe de pétales d’or. Et de cet amour, en son cœur, germent, poussent de petites graines qui vont offrir aux palais, une richesse fluide, onctueuse, suave, couleur de l’ambre claire des mystères de la vie.

Van Gogh a peint « les Tournesols » en Arles. Un siècle et des poussières plus tard, sur le sable des arènes de cette même cité, au milieu de pierres millénaires fouettées par le Mistral, le bouquet de tournesols, en négatif brun clair telle une ombre douce, sur un fond vif jaune citronné, va ensorceler, ce samedi après-midi, les 12 300 spectateurs venus assister à la traditionnelle Goyesque d’ombre et de lumière.

Et quelle Goyesque, mes amis !!!! Tout comme pour la fête de la châtaigne, où l’on vient déguster les bons crus du coin mélangés à la saveur du fruit, la corrida de ce samedi 7 septembre 2019 est un cru exceptionnel, réjouissant les yeux et emplissant les cœurs d’une encyclopédie d’émotions.

Après le « paseíllo » calme et solennel, l’amphithéâtre résonne de l’hymne espagnol puis de l’hymne français. Et en Arles, les spectateurs debout écoutent respectueusement le premier, et chantent le second, faisant onduler dans les gradins une onde empreinte de sérieux et de dignité. Dans cet espace musical, deux peuples qu’unit une même passion, se respectent et se reconnaissent dans les mêmes racines… Dans cet espace musical, ces deux peuples ancrent, dans la terre et dans les pierres, leur appartenance à une même tradition à la fois mystérieuse et rare, écrin d’une mémoire millénaire.

Ensuite, un tonnerre d’applaudissements accueille l’entrée en piste des deux toreros : Enrique Ponce et Juan Bautista.

Le Maestro Juan Bautista ne pouvait toréer toro au nom plus prédestiné, car cette goyesque réunit tout cela. Il l’a réalisée avec talent, émotion, élégance et il dédie la dernière faena au ciel, pensée pour le père…

Le public le réclame aux banderilles… Et il s’habille d’Argent pour partager avec ses banderilleros, un dernier planter « al violin » magnifique de pétulance. « Ingenioso » l’attend. Et avec lui, il exécute ce dernier pas de danse merveilleux, dont l’émotion atteint une intensité profonde grâce à la douceur mystique de l’Ave Maria qui fait frissonner les corps et les coeurs. A cet instant, la Terre et le Ciel communient en un point où l’Or est infini. Quelle alchimie ! Et « Ingenioso » est gracié. Sur les gradins, des larmes de joie, d’émotion sillonnent les visages…Le Colisée résonne des musiques des mains, des instruments de Chicuelo II, des voix des chœurs Escandihado et de la soprano Muriel Tomao. Et puis, puis… un filet de voix lumineux s’élève chantant l’ « Hymne à  l’amour ». Son épouse célèbre l’amour qu’elle lui porte. La despedida  de Juan Bautista est un bouquet de fleurs de vie, de réussite et d’amour !
Enhorabuena Maestro !

Et cet  Hymne qui parle à tous les cœurs réunis, ce samedi, n’est-il pas aussi symboliquement cet amour pour une tradition ancestrale dont nous souhaitons arroser les racines de nos émotions, pour cette terre qui nourrit les Tournesols et dans laquelle l’Argent et l’Or de la corrida trouvent leur berceau ?

Les Maestros Enrique Ponce et Juan Bautista, avec leurs toros respectifs, qui avec pieds, qui avec sabots, ont tracé sur cette terre d’Histoire, des faenas magnifiques, inspirées, enchanteresses, enveloppées de chants, de musiques à faire pleurer les pierres, communiant ainsi avec la gloire émanant des Tournesols. Et la Grande Porte a couronné leur sortie des arènes !

Une conjonction d’artistes passés et présents comme une conjonction d’étoiles !

« Une œuvre est une œuvre d’Art si elle engendre d’autres œuvres d’Art » disait Michel Tournier…

 Alors, cet après-midi-là est une œuvre d’Art…

 Picaflor  -  10 septembre 2019

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

27.03 | 08:49

Thanks

...
28.08 | 17:56

bonjour
ou trouve ton les autres noms de toreros il y a les A et les B mais ou trouver les autres merci

...
01.01 | 11:51

Très belle image pour le changement d'année. Que 2019 nous régale de belles faenas et de bons toros.

...
26.09 | 09:44

Merci de votre apport.

...
Vous aimez cette page