Le caparaçon

Sur cette photo (Béziers - probablement 1921), le caparaçon est très réduit. Le picador est désarçonné sous le choc du toro.

Le caparaçon

Le caparaçon (en espagnol “peto”) fut obligatoire à partir de 1928. A l'origine c'est un simple tablier de cuir qui protège seulement le poitrail du cheval. Ensuite Jacques Heyral perfectionne le caparaçon en en faisant, une sorte de «robe» couvrant tout le flanc du cheval, aujourd'hui complété par les «manguitos», sorte de pantalons protégeant les jambes de l'animal. La matière utilisée à l'origine, était du cuir, ensuite ce fut du feutre recouvert de cuir plus résistant et aujourd'hui, les caparaçons sont en fibre de «kevlar» matériau utilisé pour la confection des gilets pare-balles.

La Chicuelina

Atelier Bonijol - fabrication des caparaçons
Caparaçon moderne

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

14.02 | 19:02

Bonsoir, Un petit mot pour vous remerciez, Vous, le club taurin, le proprièraire des lieux, pour votre accueil, votre gentillesse votre passion, abrazo.

...
28.03 | 23:44

Très intéressant à lire. Beau portrait.

...
27.03 | 00:03

Merci pour l’histoire, celle qui me renforce dans mon aficion

...
28.08 | 17:56

bonjour
ou trouve ton les autres noms de toreros il y a les A et les B mais ou trouver les autres merci

...
Vous aimez cette page